Israël au temps de Jésus

israel-au-temps-de-jesus

Petite méditation.

 

L’INSTRUCTION

A douze ans, l’enfant devait observer la Torah et prenait le nom de Bar-Mitsvah. On le menait au Temple pour les fêtes et il commençait à jeûner régulièrement, en particulier, le grand jour de la fête des expiations.

Le Pirké Abath, dont certaines parties sont surement antérieures au christianisme, fixe  ainsi les divers degrés du développement de l’enfant :

« A cinq ans, il doit commencer les études sacrées ; à dix ans, il doit se livrer à l’étude de la tradition ; à treize ans, il doit connaitre et accomplir les commandements de Dieu ; à quinze ans, il doit perfectionner ses études ».

En somme, tout cela était peu de chose ; savoir lire, savoir peut-être écrire, et pourvoir répéter par cœur les passages essentiels de la Torah, telle était l’instruction des jeunes Israélites, du moins, de ceux qui étaient élevés à la campagne. Plus tard, si le jeune homme voulait devenir Rabbi, si les scribes de service à la synagogue lui avaient reconnu quelques aptitudes spéciales, ils l’engageaient à la manière des Targums et des Midrashims.

Mais Jésus n’a certainement pas fréquenté ces écoles des Sophérim.

 

L’EDUCATION

L’absence d’éducation ne créait par une infériorité. On se développait surtout par les relations sociales, par la fréquentation de ceux qui vous entouraient. La rareté des livres empêchait le travail isolé, l’étude individuelle. On apprenait de vive voix ce qu’on savait ; on s’instruisait par le contact des hommes. Et puis, on avait beaucoup de temps libre. Dans les années 1960, l’ouvrier travaillait douze et quinze heures par jour pour gagner sa vie et n’avait pas le temps de s’instruire.

En Orient, la pauvreté est reconnue, le labeur forcé et la lutte pour la vie le sont encore plus.

La nourriture et le vêtement suffisent. On n’a pas de besoins extraordinaires et la facilité de l’existence crée à tous de grands loisirs. Le juif du premier siècle, consacrait chaque jour de longues heures à la rêverie, et quand il avait un peu travaillé de son métier et rempli ses devoirs envers la Loi, il pouvait à son aise se reposer et méditer.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s